Communiquer

Publié le par Arlequin-RP2000



Justine et le secret du manteau d'Arlequin


- Je m'appelle Arlequin.

- Mais tu n'es pas un clown! fit-elle remarquer d'un air étonné.
Je voyais bien qu'elle me dévisageait. Ses yeux interrogatifs étaient maintenant surmontés de sourcils qui se rejoignaient en formant un accent circonflexe.
Pourquoi n'as-tu pas mis ton habit et ton masque comme Théodore? ajouta-t-elle.

- Comme Théodore? fis-je remarquer presque surpris.
Ce prénom évoquait en moi l'image de cet honnête homme qui ne pouvait pas se résoudre à croire que la fleur qu'il avait trouvée dans le désert du Tibesti pouvait être, elle aussi, unique au monde. Elle avait peut-être attiré le regard déjà curieux de l'Homme de Gonoa, puis elle avait cessé d'être admirée, jusqu'au jour où...

- Oui, comme Théodore le jour du Mardi-Gras à l'école, répéta la petite demoiselle aux cheveux clairs.

- Ah! je comprends ton étonnement... Je ne voulais pas être reconnu, lui répondis-je en m'apercevant qu'elle en savait déjà beaucoup et qu'il lui fallait une explication.
Je ne me confie pas à n'importe qui, ajoutai-je.

- Mes parents m'ont aussi dit de ne pas parler à n'importe qui.

- Tu parles pourtant à quelqu'un qui a plus de quatre cent cinquante ans. La petite fille écarquilla ses yeux, quand même fort étonnée. Il y eut juste quelques longues secondes de silence.
Puisque tu me fais confiance, reprit Arlequin, je vais te dire mon secret: Je raconte les étoiles. Mais au fait, comment t'appelles-tu?

- Je m'appelle Justine. Tu connais les étoiles! me dit-elle stupéfaite. A Noël nous en avons dessiné, colorié et découpé plusieurs pour décorer la classe et le sapin. Elles étaient belles!

- Je les admire aussi et je les écoute.

- Tu entends les étoiles! ajouta-t-elle en s'asseyant près de moi. Maman et papa me les ont déjà montrées au-dessus du jardin de mon papi et de ma mamie. On a aussi entendu le cri d'un hibou. J'ai eu un peu peur en apercevant deux points brillants qui bougeaient dans le noir. Ce n'étaient que les yeux de Tom, le chat blanc de mes grands-parents.

- Tes grands-parents ont donc un chat?

- Trois! Tom, le plus gros, Frimousse le plus agile, et Guilig, une chatte très câline. Frimousse ne s'est pas laissé apprivoiser tout de suite. Encore moins Guilig.

- Les chats, vois-tu, ils ne parlent pas, et pourtant ils te comprennent et tu les comprends.

- Et alors ils se mettent à ronronner sans que tu aies même besoin de les caresser. Mais tu voulais me parler des étoiles, me dit-elle d'un air pensif.

- Ah oui, les étoiles, dis-je, en faisant semblant de les avoir oubliées tandis que j'appréciais la justesse de sa dernière réflexion, elles m'ont apprivoisé dès que j'ai cherché et appris à les comprendre.

- Que te disent-elles?

- Aujourd'hui, elles...

- Elles te racontent une histoire chaque jour?

- Non, certains jours privilégiés.

- Comme mon papa ou ma maman, certains soirs avant que je m'endorme. Aujourd'hui, c'est donc pour toi un jour privilégié? J'espère que ce soir... Mais, les étoiles, que te racontent-elles donc aujourd'hui?

- Elles me racontent l'histoire d'une petite princesse...

- Une fée? me coupa -t-elle. Elles ont toujours une étoile au bout de leur baguette magique et d'autres sur leur habit de soie.

- Si tu veux. La mienne a des cheveux d'or, des yeux lumineux, un sourire enchanteur. Elle porte des sandalettes bleues ajourées...
Je venais tout juste de les apercevoir tandis que ma petite princesse, pensive, laissait se balancer ses jambes, les deux paumes de ses mains, aux doigts écartés, bien posées sur notre banc comme pour asseoir son nouvel équilibre.

Elle écoutait sans poser une seule question l'histoire d'une petite princesse au pays des étoiles... ces étoiles qui, une nuit, prirent, une à une, les couleurs du manteau d'Arlequin...

A la fin... non! car il n'y a pas de fin à mon histoire, Justine se laissa glisser doucement du banc...

-Arlequin-
Communiquer (Extrait)
http://www.arlequin-rp2000.net/

Publié dans Prologue (Communiquer)

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article